Pubalgie

544

Description de la pathologie:

Il s’agit d’une atteinte osseuse de la symphyse, avec parfois un arrachement. La béance de l’orifice inguinal modifie la biomécanique, la force abdominale vers le haut est diminuée.

Il y a un décalage des berges symphysaires lors de l’appuimonopodal. Douleur sous pubienne.

Il existe des facteurs favorisants:

  • fragilité de l’orifice inguinal
  • faiblesse des abdominaux
  • adducteurs très puissants
  • hyperlordose lombaire avec bascule du bassin en antéversion
  • ischios-jambiers courts
  • mauvaise proprioception en appui unipodal

Différentes lésions possibles:

  • déchirure moyen-adducteur: douleur sous pubienne
  • tendinopathie d’insertion du moyen-adducteur: douleur sous pubienne
  • inflammation du grand droit: douleur sous pubienne
  • faiblesse de la paroi musculaire abdominale: douleur sous pubienne lors des efforts d’impulsion
  • arrachement osseux au niveau de la symphyse pubienne

Mécanisme lésionnel: lors de l’appui monopodal, la symphyse subit un décalage car les abdominaux sont faibles et les adducteurs tirent vers le bas. Il y a donc un décalage de la symphyse pubienne avec cisaillement et donc irritation.

Symptômes caractéristiques:

Douleur +++ permanente, globale, sous pubienne, nocturne, parfois irradiée vers les testicules, avec arrêt de l’activité sportive.

Parfois, une inflammation des adducteurs est présente.

Examen clinique:

La pubalgie entraine des modifications osseuses:

  • bassin de face
  • symphyse en appui monopodal et bipodal
  • rachis lombaire

Radiographie en phase aiguë: amputation de l’angle symphysaire supérieur et/ ou inférieur, élargissement de la fente symphysaire, image en timbre poste, décalage et instabilité symphysaire. grosses douleurs nocturnes aux changements de position.

Radiographie en phase chronique: sclérose des berges symphysaires avec disparition de l’aspect crénelé, comblement de l’amputation de l’angle symphysaire, ossification de la membrane du trou obturateur.

 

Objectifs kiné:

En phase aiguë: indolence et diminution de l’inflammation.

En phase chronique: corriger les déséquilibres musculaires abdominaux-adducteurs, rendre la souplesse si nécessaire et rendre une statique correcte.

 

Bilan kiné:

  • Statique du rachis et du bassin (hyperlordose)
  • Souplesse des ischios-jambiers et des adducteurs
  • Force des adducteurs, des abducteurs et des abdominaux

 

Traitement kiné:

Phase aiguë:

  • Antalgie (électrothérapie, massage, glace),
  • Repos complet,
  • Corticoïdes par voie orale pendant 1 mois si aggravation de la douleur.

Phase chronique:

  • Délordose lombaire
  • Vérouillage lombo-sacré
  • Etirements des ischios-jambiers
  • Renforcement abdominaux: en isométrique et dynamique, sans charge au début, avec position corrigée en délordose
  • Etirements des adducteurs
  • Renforcement excentrique des adducteurs
  • Proprioception
  • Gainage proprioceptif

Chirurgie:

Pour les 30% d’échecs:

  • coupe tendon du moyen adducteur: réduit force de traction vers le bas
  • forage de la symphyse pubienne: saignement, cicatrisation
  • fermeture du canal inguinal: modification de l’insertion des abdominaux

Post-opératoire:

  • repos
  • reconditionnement aérobie
  • kinésithérapie
  • 6 mois de rééducation avant reprise de l’entrainement

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.